Rechercher
Close this search box.

Une mission centrée sur l’entraide

Cette année encore, Sr Rachel Vinette a recueilli de nombreux sacs et boîtes de tricots provenant autant de ses groupes de tricoteuses (Tricoton et Mamies tricoteuses) que de personnes de l’extérieur. Tous ces tricots sous des formes diverses : mitaines, foulards, bas, etc. sont distribués à des personnes dans le besoin.

Certains iront vers des organismes œuvrant auprès des familles appauvries, des personnes en situation d’itinérance et d’autres se rendront jusqu’en Beauce pour soutenir l’action auprès des personnes handicapées et à Edmundston au Nouveau-Brunswick pour appuyer la mission des FDLS auprès des nouveaux arrivants.

C’est avec son groupe « Tricoton », qui a pris naissance à la maison Relais Sagesse en 2010, et d’autres bénévoles adeptes du tricot que Sr Rachel poursuit sa mission. Jusqu’à l’an dernier, Sr Rachel s’occupait également du groupe Mamies tricoteuses créé à sa résidence qui a rassemblé jusqu’à 40 personnes une fois par semaine. Elle a cédé les rênes de ce groupe et de la logistique de distribution aux organismes de la région à la responsable des loisirs de sa résidence.

Cela lui donne plus de temps pour s’occuper du groupe Tricoton qu’elle reçoit mensuellement chez elle. Elle peut maintenir ses contacts avec les personnes de l’extérieur et des organismes qui comptent sur ses tricots pour apporter un peu de douceur et de chaleur à leur clientèle.

« Être encore utiles »

« Nous avons recommencé lentement à nous rencontrer une fois par mois chez moi pour tricoter et briser l’isolement », raconte Sr Rachel qui constate la grande motivation des tricoteuses. « C’est une belle façon de partager nos trucs, d’échanger sur la vie de tous les jours et produire des articles qui vont servir à des personnes en situation difficile », ajoute-t-elle.

Cette activité toute simple en apparence valorise toutes celles qui y contribuent en leur donnant un sens d’appartenance et d’accomplissement. « Pour certaines d’entre elles qui sont presque aveugles, c’est leur seul désennui. C’est une bénédiction. Pour l’ensemble, c’est le sentiment d’être encore utiles qui les stimule. »

Une idée qui fait son chemin

Le « bouche à oreilles » et la magie de l’Internet ont fait en sorte que des femmes de l’extérieur de ces deux groupes ont pris contact avec Sr Rachel pour apporter leur contribution. Ainsi une dame de Rosemont et sa mère ont rallié des amis et des membres de leur famille pour produire des articles de tricot et les donner à Sr Rachel qui s’occupe de les distribuer aux bonnes ressources.

« J’ai aussi une dame de l’île Perrot qui a connu notre initiative par l’Internet et qui m’apporte le fruit de son travail et de celui de son groupe de personnes en Floride depuis plusieurs années. Sa seule condition est que ces articles soient remis directement aux personnes qui en ont besoin », précise Sr Rachel qui reçoit bon an, mal an, trois à quatre boîtes de cette dame.

Malgré ses 88 ans, Sr Rachel entend rester active le plus longtemps possible. « Toutes ces actions me font vivre. C’est très stimulant », ajoute-t-elle avec enthousiasme.

Rappelons qu’après 15 ans de mission au Brésil, Sr Rachel, revenue au pays pour des problèmes de santé en 2000, s’est engagée dans le quartier Rosemont auprès des personnes seules et souffrant de déficience intellectuelle. C’est en s’inspirant des Médecins à pieds nus et des Grands-mamans tricoteuses qu’elle a lancé le groupe Tricoton en 2010. « Depuis cette époque, les objectifs n’ont pas changé : rassembler les personnes, briser leur solitude et être utiles à d’autres. » Une mission qui se continue dans la bonne humeur et comble toutes celles qui y participent.