Rechercher
Close this search box.

Prier la parole de dieu

ATTENDS DONC UNE MINUTE!

Aujourd’hui, qui peut se permettre d’attendre même une minute. Tout doit aller vite! D’un clic, on paie à la caisse ; deux clics, on envoie un SMS; trois clics, on commande en ligne. Tout cela, bien entendu, il faut que ce soit fait en « haute vitesse — 5G »!  

En ce dimanche, nous commençons l’Avent. C’est un temps privilégié pour réapprendre à vivre le sens et l’importance de l’attente dans nos vies.

Vivre l’attente de Noël, en préparant son cœur à accueillir l’Enfant-Dieu, Celui qui a donné un visage de chair, un visage d’humanité à Dieu. Les parents qui attendent un enfant n’ont-ils pas hâte de découvrir le visage de leur nouveau-né? Hâte de découvrir à qui il ressemble? Ils doivent pourtant attendre neuf mois… Pouvons-nous prendre un peu de temps pour découvrir le visage du Seigneur qui vient?

Tout au long des siècles, l’être humain cherche à sa manière à voir le visage de Dieu. Découvrir le visage de l’autre, c’est important. Prendre le temps de regarder le visage de l’autre nous permet d’entrer en relation avec lui. Les traits de son visage nous révèlent qui il ou elle est et cela nous rassure.

Chez le peuple d’Israël, l’absence du visage de Dieu était synonyme de souffrance, d’égarement, d’être abandonné.e par Lui. En ressentant vivement l’absence de son visage, certitude de sa présence et de son amour, le peuple crie sa peine : « Tu nous as caché ton visage… » Isaïe 64, 6

Est-ce que nous ressentons parfois dans nos vies que Dieu joue à cache-cache avec nous, qu’Il cache son visage, qu’Il nous semble absent? Que son visage est disparu de notre monde?

En ce temps de l’Avent, prends donc une minute pour…

Observer les visages des gens avec qui tu vis et te laisser surprendre par certains traits reflétant le visage du Seigneur tel que : la beauté, l’amour, la patience, la paix et le pardon…

Peut-être que Dieu n’est pas si absent si je sais prendre le temps pour mieux le voir et découvrir son visage dans la réalité de mon quotidien.

Louise Madore, fdls