Prier la parole de dieu

En ce Jeudi Saint

Sophie de Villeneuve, Rédactrice en chef de Croire

ÉDITO    

Une recette de vie

La France s’est mise à ses fourneaux. Recettes et tours de main culinaires s’échangent tous azimuts… Le confinement participe à ces retrouvailles, comme si nos contemporains, habitués des cantines et des plats préparés, retrouvaient le sens du partage et du « fait maison ». Comme si aussi remontait du fond des âges cette fonction qui faisait la force de nos communautés d’antan : le repas pris ensemble.

Dans le judaïsme, puis dans le christianisme, manger est un acte grave, empreint de ritualité et de sens. Jésus lui-même invite à sa table. Et il partage ses repas. On le sait, les textes le disent, Jésus aime boire et manger ! Il compare même le Royaume à un festin de noces ! Comment alors s’étonner qu’il ait voulu une dernière fois festoyer avec ses amis ?

Ce repas de la Pâque, le seder, que nous célébrons aujourd’hui, est celui de ses adieux. Jésus en profite pour nous donner non pas une recette de cuisine mais une recette de vie : soyez serviteurs les uns des autres, mangez et buvez, car c’est mon corps et mon sang. Ce repas eucharistique, que les circonstances nous empêchent hélas de célébrer ensemble, transfigure tous ces repas que nous prenons à nouveau en famille. Et qui sont comme un aperçu du repas éternel…

En avril 2019, une quarantaine d’Ami-e-s et de Filles de la Sagesse se sont réunis pour célébrer le mémorial de la Pâque juive.

 

Le Seder, un retour aux sources …

ou le devoir de mémoire des catholiques  

Edouard Kouassi, Ami de la Sagesse

À Pâque, nous commémorons la mort et la résurrection du Christ. Ce rituel nous vient de la tradition juive dans laquelle le Christ est né et a grandi. Les Juifs célèbrent le Seder («ordre» en hébreu), un rituel symbolique qui sert à rappeler à ses participants, surtout aux enfants, l’ordre divin reçu par le peuple hébreu de sortir d’Égypte pour se libérer de l’esclavage dans lequel ils étaient maintenus par les pharaons, depuis nombre d’années. 

Le mémorial de la Pâque juive

C’est donc à un retour aux sources que nous ont conviés Thérèse Vincent (Amie de la Sagesse) et Claudette Danis (Fille de la Sagesse) en ce bel après-midi ensoleillé du dimanche 7 avril 2019. Une quarantaine d’Ami-e-s et de Filles de la Sagesse se sont réunis pour célébrer le mémorial de la Pâque juive. Le décor est pensé pour une fête familiale réussie, ponctuée de gestes signifiants, de paroles, de temps de réflexion personnelle et de partage en groupe, de chants et de danses. Une dizaine de tables sont disposées en cercle, et 4 convives peuvent prendre place autour de chaque table, de telle façon que tout le monde pouvait se voir. Sur chaque table est déposé une assiette contenant 4 symboles de la Pâque juive :

  • Le Karpass : persil, pousse verte qui célèbre le dégel de la terre, le retour à la chaleur
  • Le Maror ou herbes amères : endive, symbolisant la vie misérable des esclaves
  • Le Haroseth : composé de « fruits séchés, dattes et de miel », symbole de douceur
  • L’eau salée : symbolisant les larmes versées par les esclaves en Égypte

Sur chaque table, une coupe par personne est prévue, en vue du rituel du vin servi en 4 occasions durant la célébration, représentant autant de promesses de Rédemption.  (Lire le témoignage de Marie Angèle sur ces 4 temps de la célébration.)

Il y a une table principale disposée en avant de la salle où prennent place la présidente de la célébration (Hélène Filiatreault) et une représentante des jeunes (Gina Griffon); celle-ci posera des questions à la présidente tout au long de la célébration pour mieux comprendre le sens des symboles de la Pâque juive. Sur la table principale se trouve, en plus des 4 symboles,le Matzot, un pain sans levain (grande galette), qui symbolise la hâte des Israélites à quitter l’Égypte pour trouver la liberté de Dieu … Ce pain n’a pas eu le temps de lever!

L’esclavage et la lutte pour la liberté : d’hier à aujourd’hui

Cette célébration de la Pâque juive nous renvoie inévitablement à la notion de l’esclavage dans un sens plus large. Car l’esclavage est une institution aussi vieille que l’humanité. Il a touché pratiquement tous les peuples : les blancs, les noirs, les juifs, les asiatiques, etc. Le mot esclave viendrait de « slave » du peuple d’Europe de l’Est où sont retrouvées les premières victimes d’esclavage. On peut aussi écouter et voir sur YouTube un excellent documentaire intitulé : « Les routes de l’esclavage » portant sur les traites des noirs d’Afrique, traites qui se sont étalées sur environ un million quatre cents ans. Ce documentaire a été diffusé récemment en 4 épisodes aux Grands Reportages sur RDI. L’esclavage est une négation de la dignité humaine, motivée souvent par des intérêts économiques, et générant par la suite, des idéologies racistes. L’Exode du peuple juif nous enseigne qu’en face des violences subies et des pires humiliations causées par l’esclavage, l’espérance de la liberté reste bien vivante.

Au cours de notre célébration, les diverses formes d’esclavage dans la société actuelle ont été nommées :

  • Le triste sort réservé aux migrants
  • Les chauffeurs de taxi aux prises avec les grands monopoles mondiaux
  • Les prostituées
  • La traite des enfants
  • Les drogues
  • Les personnes âgées délaissées, abandonnées et maltraitées
  • Les dégâts causés à notre environnement au nom d’une certaine rentabilité économique

De la Pâque juive à la Pâque chrétienne

Nous réalisons que le Christ a transformé la Pâque juive en s’offrant lui-même comme l’agneau pascal qui sauve l’humanité, et en instituant l’Eucharistie lors de la dernière Cène que nous célébrons le Jeudi Saint. Chaque chrétien-ne devient un instrument du Christ pour réaliser son message d’Amour dans un monde libéré de toutes formes d’esclavage. C’est ce message que nous entendons et que nous répétons inlassablement dans nos lieux de rencontre, dans nos églises, dans nos sanctuaires …

Le SEDER que nous avons vécu a été une excellente préparation aux Jours Saints et à la fête de Pâques de cette année ! Nous sommes reconnaissant-e-s envers toutes celles qui nous ont permis de vivre cet événement riche en histoire et en enseignements.         

Cliquez ici pour consulter le déroulement complet  du Séder en format PDF.

Que le Joie et la Lumière pascale continuent de nous soutenir
tout au long de cette année!

En ce jeudi saint-A