Rechercher
Close this search box.

17 octobre — Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté

La Journée mondiale pour l’élimination de la pauvreté a pour objectif notamment de favoriser un dialogue et une compréhension entre les personnes en situation de pauvreté et leurs communautés.

« En Belgique, les personnes en situation de pauvreté sont beaucoup victimes de préjugés liés à cela : on appelle “fainéants” les personnes qui ont des aides sociales, on pense que des personnes “choisissent” de ne pas travailler pour vivre des allocations sociales en ne “faisant rien”. » – Nicolas, Belgique

Ce témoignage recoupe de nombreux autres dans plusieurs régions du monde. Il a été recensé à la suite d’une consultation lancée en début d’année par le réseau du Forum du refus de la misère. Au-delà des statistiques de l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui révèlent qu’on estimait à quelque 670 millions de personnes vivant dans l’extrême pauvreté* en 2022, on insiste sur l’importance de la dignité pour toutes et tous au quotidien.

Le thème de cette journée « Travail décent et protection sociale pour mettre la dignité en action » rappelle ainsi que la « dignité de l’être humain n’est pas seulement un droit fondamental en soi, mais constitue la base de tous les autres droits fondamentaux », affirme l’ONU. L’organisme dénonce le fait que de nombreuses personnes vivant dans une situation de pauvreté persistante « voient leur dignité niée et non respectée. »

« Dans les quartiers défavorisés, beaucoup de travailleurs ne dépendent pas d’employeurs, mais de la débrouille : les gens récupèrent ce que les autres rejettent, ils bricolent, réparent ou récupèrent des pièces, revendent ou vendent l’inutilisable au poids. […] Ces gens parviennent ainsi à faire vivre leurs familles avec ce que d’autres rejettent. » — Thérèse, Liban

Rappelons que la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté est reconnue par les Nations Unies depuis 1992. Elle a pris le relais de la Journée mondiale du refus de la misère qui était célébrée depuis 1987. « Il s’agit d’une occasion de reconnaître les efforts et les luttes des personnes vivant dans la pauvreté, de leur donner l’occasion de faire entendre leurs préoccupations et de reconnaître que les pauvres sont à l’avant-garde de la lutte contre la pauvreté. » (Nations Unies, Rapport du Secrétaire Général, A/61/308, par. 58

Découvrez-en davantage sur le thème en consultant la note conceptuelle du Forum du refus de la misère, document qui se veut également un plaidoyer et un outil d’animation pour cette journée.

 *L’ONU définit l’extrême pauvreté lorsque des individus doivent survivre avec moins de 2,15 $ personne, par jour, sur la base de la parité du pouvoir d’achat de 2017.