16 novembre – Journée internationale pour la tolérance

« La tolérance est un exercice et une conquête sur soi », écrivait l’essayiste tunisien Albert Memmi… Ce que nous apprennent ses paroles, c’est que la tolérance, loin d’être une attitude passive de complaisance ou d’indifférence, constitue un travail dynamique et de tous les jours, à la fois individuel et collectif. »  Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO à l’occasion de la Journée internationale pour la tolérance.

C’est le 12 décembre 1996 que l’Assemblée générale des Nations unies a proclamé le 16 novembre : Journée internationale pour la tolérance. C’était la suite logique à l’adoption d’une Déclaration de principes sur la tolérance des états membres de l’UNESCO le 16 novembre 1995. Dans cette déclaration, ils affirment notamment que la tolérance : « C’est le respect et l’appréciation de la richesse et de la diversité des cultures de notre monde, de nos modes d’expression et de nos manières d’exprimer notre qualité d’êtres humains. La tolérance est la reconnaissance des droits universels de la personne humaine et des libertés fondamentales d’autrui. Les peuples se caractérisent naturellement par leur diversité; seule la tolérance peut assurer la survie de communautés mixtes dans chaque région du globe. »

En parallèle à cette Déclaration, l’UNESCO a créé un prix pour promouvoir la tolérance et la non-violence. Ce prix UNESCO-Madanjeet Singh veut récompenser des actions en faveur de la promotion d’un esprit de tolérance et de non-violence dans les domaines à la fois scientifique, artistique, culturel ou de la communication.

« La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. » – Mahatma Gandhi (Tous les hommes sont frères |1969)