Dans la section :JPIC

L`ENTRAIDE MISSIONNAIRE - 2016

«CHANGER LE SYSTÈME, PAS LE CLIMAT»
Congrès de l’Entraide missionnaire - septembre 2016

Marie-Claire Pelletier, Fille de la Sagesse

«CHANGER LE SYSTÈME, PAS LE CLIMAT» : tel était le thème du dernier Congrès de l’Entraide missionnaire tenu au Collège Maisonneuve, Montréal,  les 17 et 18 septembre 2016.  Chaque conférencier et conférencière  nous a parlé d’alternatives pour créer un monde solidaire en s’inspirant des sujets traités à la COP 21* et au récent Forum Social Mondial*. En d'autres mots : quelles sont les luttes et les aspirations de notre monde et comment y répondre?

Chaque conférencier et conférencière souhaitait  en définitive ...

  • nous faire saisir les liens entre les conflits et les attentes de nos communautés où qu’elles soient
  • identifier et valoriser certains choix réalistes
  • nous inviter à vivre notre solidarité concrètement en vue d'un monde plus juste et plus sain.

Dans son mot de bienvenue, Madame Molly Kane, coordonnatrice du Congrès, nous brosse en partant, un bref tableau de l’univers dans lequel nous vivons.  Le présent système capitaliste engendre, nous dit-elle, des inégalités toujours plus nombreuses ; il est soutenu par la population qui ne réagit pas, qui subit les injustices dont elle est victime.  Pour remplacer le présent système économique, politique et social, il faut faire cause commune.  Face à des ententes commerciales, par exemple, il faut se poser les questions suivantes : Qui sera affecté par cette transaction?  À qui profitera-t-elle?  D’où le dilemme : le progrès peut-il se faire sans endommager l’environnement?

Peut-on parler d’écologie sans parler des droits ancestraux des Premières Nations et de l’écosystème de notre planète ?  Pourquoi tant de débats et de controverses entourant la construction d’un pipeline? Questions fort percutantes posées par Fanny Aïshaa, une des personnes-ressources... Certains veulent protéger leur patrimoine ancestral sacré alors que d’autres parlent ‘’d’écoterrorisme’’: les ressources naturelles de notre Terre Mère étant exploités sans égard pour l’équilibre de l’écosystème naturel.

De l'intervention fort documentée et convaincante d'Augusta Henriques, nous aimons retenir la réflexion suivante

Comment un régime capitaliste basé sur le rendement et la rentabilité affecte-t-il les ONG au point de les détourner de leur but primordial ?  Présentement les ONG développent «l’industrie de l’aide» et cela nuit à l’entraide entre les ONG locaux et internationaux parce qu’ils fonctionnent différemment.  L’échelon international est devenu une machine à pondre des projets pour servir les intérêts des bailleurs de fonds et ainsi créer une concurrence au financement local.  L’idéologie de la domination qui s’est infiltrée au niveau international a des conséquences nocives à l’échelon national et local.  Pas d'avenir sans le travail en réseau qui répond aux besoins, sans doubler les projets, et accroît l’union et non la compétition entre les différents niveaux.  L’argent est là mais il faut le donner et non s’en accaparer, nous dit la personne-ressource.

Que s’est-il fait à Montréal, dans ce domaine, à partir des années 1970? 

Une voix de chez-nous, engagée et solidaire, nous a rappelé une page de notre histoire : Lorraine Guay.    Le domaine social dans les quartiers a pris son essor pendant la Révolution tranquille qui a chambardé et donné un nouveau souffle au développement social au Québec.  Mme Lorraine Guay nous a parlé de son expérience comme fondatrice de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles qui a opéré pendant 45 ans: de 1967 à 2012.  De nouveaux modèles d’action sociale ont été inventés pour répondre aux besoins des gens du quartier.  C’est dans ce contexte que Mme L. Guay et son équipe ont donné le pouvoir aux gens de ce quartier de faire connaître leurs besoins médicaux et d’y répondre.  Cette initiative fut suivie par l’implantation des Centres Locaux de Services Communautaires ou CLSC.

L’Église s’implique aussi dans cette transformation sociale en ouvrant dans chaque paroisse un poste pour un/e agent/e de pastorale sociale.  Plusieurs personnes s’engagent comme bénévoles afin de faire route avec leurs gens, de les unifier, de s’intéresser à leurs besoins et y répondre. Petit à petit les gens ont repris goût à la vie et retrouvé leur dignité.


Les efforts doivent converger vers un même but si nous voulons changer le présent système capitaliste. Sous cette thématique, plusieurs questions ont été posées aux personnes-ressources. Voici en bref quelques conclusions ...

  •   De nombreux défis sont à relever. L'un des plus difficiles à gérer fait partie du domaine politique. Il s'agit des disparités   sociales.

  • La population a besoin d’être sensibilisée aux nouveaux besoins qui surgissent afin de développer une démocratie participative où la solidarité devient la force du collectif.  Celle-ci peut aller jusqu’à la mobilisation pour se tenir debout devant le pouvoir.

  • Il faut tisser des liens entre nous dans un lieu où on peut se parler et où on peut faire ensemble des petits pas pour lutter pour une  qualité de vie pour tous.  Il faut proposer des solutions et non seulement dire NON si nous voulons être entendus par les autorités  civiles.

  • Il s’agit aujourd’hui non seulement d’une justice sociale mais aussi d’une justice climatique et alimentaire.  Tout se tient tel un tissage!  Le climat affecte les récoltes ce qui influence le prix de vente...

Tout au long du Congrès, un soutien visuel et auditif était offert aux conférenciers/ères. En effet l’équipe d’intervention théâtrale participative «Mise au jeu» reprenait les idées-force dans une mise en scène vivante. Ce fut fort apprécié de l'auditoire et sans doute ... des intervenants !


Après un tel temps fort de réflexion et de questionnement, comment ne pas souhaiter que notre système change ! Comment ne pas espérer sortir du système capitaliste actuel pour nous diriger vers un capitalisme vert. Dans cette perspective, les gens, qui ont présentement des privilèges à cause de leur état financier ou de leur race ou de leur sexe, consentiraient  à s’en débarrasser ou à en faire profiter le plus grand nombre de leurs frères et sœurs ! Grand merci à l'EMI pour la compétence et le sérieux avec lesquels sont traitées des questions vitales d'aujourd'hui pour demain.

Autreas articles: JPIC
JOURNÉE DU CHANDAIL ORANGE
8 MARS : JOURNÉE INTERNATIONALE...
UNE LUMIÈRE CONTRE LA TRAITE
DEVELOPPEMENT ET PAIX
L’EMI 2016 - COUPS DE CŒUR !
L`ENTRAIDE MISSIONNAIRE - 2016
POUR LA JOIE DE NOTRE MÈRE, LA TERRE
JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME - 8 mars 2016
JOURNÉE MONDIALE DES MIGRANTS ET RÉFUGIÉS - 2016
MARCHE DU 100% POSSIBLE...
Navigateurs: Internet Explorer version 10 et +, Firefox et Chrome | Copyright: Filles de la Sagesse Canada 2005-2014
| BRÊVES ET ACTUALITÉS || A VOUS LA PAROLE || BABILLARD || MANIFESTE |
| LEADERSHIP PROVINCIAL || VIE CONSACRÉE || ANIMATION VOCATIONNELLE || NOS FONDATEURS || UN PEU D HISTOIRE |
| PRIER LA SAGESSE || TEXTES DE SAGESSE || FORMATION PERMANENTE || LA SAGESSE APPELLE |
| JPIC || SERVICE INTERNATIONAL || UNANIMA |
| DIAPORAMAS || BIBLIOGRAPHIE || LIENS |