Dans la section :TEXTES DE SAGESSE

DOUX NOVEMBRE

 

 

POURQUOI J'AIME LE MOIS DE NOVEMBRE ?
Par Claire Dumont, FdlS

Ce mois sombre de novembre, je l’aime d’inclination. Il me parle de la vérité de l’être. Chaque saison nous dit quelque chose du mystère de la vie. Novembre est pour moi comme une saison à part, une cinquième saison.

NOVEMBRE ET LES ARBRES

Novembre le mois où on se couvre tandis que l’arbre est mis à nu. Plus de feuilles pour lui donner du panache. Il est là, les grands bras ouverts, tendus vers le haut en une supplication, une prière. Ses manques, ses nœuds, ses paralysies sont à la vue de tous. On peut y lire son histoire. Sans honte, il se reconnaît fragile et vulnérable, il se laisse voir tel qu’il est.
Sans protection, l’arbre nu se laisse pousser par la brise ou la bise. Il est là à la merci des quolibets, de l’indifférence, de la violence des vents et de la froidure. À celui qui nous a apporté ombre et fraîcheur, nous n’accordons plus un regard. Il est laid et rappelle notre finitude.

NOVEMBRE ET LA VIE

Novembre provoque à la réflexion sur la vie. Je le vois comme un mois de passage entre l’automne et l’hiver. Dans ce sens, il me rappelle que mon existence sur la terre est un passage vers la Vie en permanence. Ce passage s’avère un temps de dépouillement.

NOVEMBRE ET MOI

Novembre m’invite à la transparence, à la vérité. Debout bien droite, bien plantée en terre, je parais forte, solide, sûre. En laissant tomber mes masques, mon déploiement, je suis cet arbre de novembre qui se laisse voir comme il est, devant Dieu et devant les autres. Je suis fragile et vulnérable sans pouvoir sur ma santé, mes événements, le déroulement de ma vie.

NOVEMBRE ET l'INTIMITÉ

Doux novembre qui m’apprend à descendre en moi pour retrouver des moments d’intériorité, de sérénité, de tranquillité et de solitude. La fin du jour qui arrive trop tôt m’amène à fermer stores et portes, à ouvrir la lumière tamisée pour un accès à un lieu intime. Je cherche à protéger mon corps de la froidure, à capter la chaleur, à me couler dans la douceur ouateuse de la neige qui vient. Mon être est fragile et c’est bien ainsi. J’ai besoin de ce doux novembre pour renouveler ma sève, contrôler mon rythme, ménager mes énergies pour mieux aimer.
Doux novembre ! Je renoue avec la beauté nue de la nature au fil des saisons, du cosmos, de l’humanité, de mon être infiniment petit et solide à la fois.
Doux novembre ! Tu m’apprivoises à la solitude du vieillissement, à la fragilité de mon corps, à l’atteinte de ma mémoire, à l’achèvement de ma vie et à son plein ÉPANOUISSEMENT.
    
Doux novembre ! Et je me laisse bercer sereinement au gré des situations et des événements… Ainsi va la vie vers le Dieu de ma vie.

Claire Dumont, fdls

Tags: »
Autreas articles: TEXTES DE SAGESSE
VOEUX DE PÂQUES
« POURQUOI RESTEZ-VOUS LÀ? »
CONVERTIS-TOI !
ENFANT DE LUMIÈRE
SPIRITUALITÉ AUTOCHTONE - SPIRITUALITÉ SAGESSE
NOËL C'EST L'AMOUR !
POUR UN NOËL DE JOIE !
MISERICORDIA ET MISERA
HOMÉLIE – 2 SEPTEMBRE 2016
TRICENTENAIRE DU DÉCÈS DE MONTFORT
Navigateurs: Internet Explorer version 10 et +, Firefox et Chrome | Copyright: Filles de la Sagesse Canada 2005-2014
| BRÊVES ET ACTUALITÉS || A VOUS LA PAROLE || BABILLARD || MANIFESTE |
| LEADERSHIP PROVINCIAL || VIE CONSACRÉE || ANIMATION VOCATIONNELLE || NOS FONDATEURS || UN PEU D HISTOIRE |
| PRIER LA SAGESSE || TEXTES DE SAGESSE || FORMATION PERMANENTE || LA SAGESSE APPELLE |
| JPIC || SERVICE INTERNATIONAL || UNANIMA |
| DIAPORAMAS || BIBLIOGRAPHIE || LIENS |