Dans la section :EN SOUVENIR

HOMMAGE ET RECONNAISSANCE
à SR THÉRÈSE DESLAURIERS, FdlS

HOMMAGE ET RECONNAISSANCE à SR THÉRÈSE DESLAURIERS, FdlS
(Christine de l’Immaculée 1923 - 2013 )

«La liberté ne réside pas dans la disponibilité infinie des choix devant nous. Elle réside dans la densité des engagements que l’on prend, dans le poids d’amour qu’on injecte dans nos choix. /…/ La liberté, c’est assumer son poids d’amour.» (André Beauchamp, Comprendre la Parole- C, p. 361)

Ce texte d’André Beauchamp dit quelque chose d’essentiel au sujet de la vie de Sr Thérèse Deslauriers (alias Sr Christine). La densité de ses engagements et le poids d’amour qu’elle y a mis ! C’est UNE GRANDE VIVANTE qui vient de nous quitter visiblement.

Thérèse est née le 30 mai 1923 à Ste Agathe-des-Monts, province de Québec. Elle était la 15e d’une famille de 16 enfants. «J’ai appris jeune à partager», dira-t-elle. Elle aimait profondément sa famille. Elle dit de ses parents qu’ils étaient «courageux, aimants et aimés». Elle décrit sa mère comme une personne joyeuse mais qui travaillait dur -- on peut l’imaginer. De la description qu’elle fait de son père, ceux et celles qui ont connu » de plus près Thérèse, alias «Christine», constatent qu’elle avait hérité de lui sa jovialité, son amour du chant et son esprit enjoué.

À l’âge de 15 ans, après le visionnement de la vie de Sainte Thérèse, la jeune Thérèse découvre qu’elle se sent attirée par la vie religieuse. Cependant, on lui conseille de terminer ses études avant de donner suite à ce projet. Ce qu’elle fit mais non sans en être «très, très déçue».

Elle avait 19 ans lorsqu’elle s’orienta vers l’École Normale chez les Sœurs Ste-Anne, à St-Jérôme. Elle désirait beaucoup enseigner et ce fut sa profession. Ses premières années dans l’enseignement furent cependant plutôt éprouvantes car c’était l’époque où les débutantes dans l’enseignement avaient des classes à divisions multiples. Fort heureusement elle se retrouve assez vite chez les Filles de la Sagesse, à Ste-Agathe-des Monts, où elle aura une tâche plus légère : un degré : une 5e année ! Quel allègement en effet !«J’aimais beaucoup les jeunes et l’enseignement me plaisait beaucoup», dit-elle.

C’est finalement à l’âge de 29 ans que Christine décidera, non sans déchirement, de répondre à l’appel de la Sagesse. Il n’y a rien de quelconque dans cette vie mais plutôt l’intensité d’un cœur qui veut avancer dans l’amour. La suite en témoigne.

Comme Fille de la Sagesse, elle enseignera 23 ans à Montréal, au secondaire, de la 8e à la 12e année. Éducatrice dans l’âme, elle a su dynamiser et orienter pour la vie, les jeunes qui lui furent confiées. Pendant 21 ans, ses mois d’été se passaient au Village des Jeunes (Camp Notre-Dame de Toute Joie) – un camp pour adolescentes de 13 à 16 ans. Jeux de plein air, feux de camp, excursions etc. etc. rien ne l’arrêtait, tout devenait moyen privilégié pour dire à ces jeunes -- une centaine par été environ -- qu’elles étaient aimées !

Lorsqu’elle quitta l’enseignement, commença une autre étape de vie non moins active !

Christine était aussi une artiste née. Déjà au cours de ses dernières années comme professeure, elle s’initia avec beaucoup de succès aux émaux sur cuivre et au batik. Durant 26 ans, elle enseignera ces arts techniques et tiendra 13 expositions solos. Ce fut pour elle, comme elle le dit elle-même, «une de ses «passions» ! Il faut dire que les chefs-d’œuvre produits, d’un nombre incalculable, firent des heureux et des heureuses à l’étendue du pays et au-delà !
À 78 ans, Christine s’inscrit à des cours d’aquarelle. «…j’ai beaucoup de bonheur à mettre de la couleur sur papier et dans ma vie» … Et elle ajoute : «Je suis heureuse et je l’ai toujours été, grâce à Dieu qui me soutient.» Elle demeure à ce moment-là à Gatineau où elle a vécu 24 ans en donnant le meilleur d’elle-même. Entre autres événements, Christine a assisté à la naissance des Ami-e-s de la Sagesse de Gatineau … Avec quelle tendresse et attention elle les suivra et nous pouvons être assurés que jamais elle ne les oubliera.
Comme jamais elle n’oubliera les nombreux étés où elle a assuré une présence de joie et de soutien à Villa Sagesse, chalet d’été des FdlS à St-Côme. Elle y a créé des amitiés solides parmi les nombreuses Congrégations accueillies parmi nous, à ce moment-là, pour un temps de vacances. Christine avait la chaleur et la générosité d’une mère de famille dans un milieu comme Villa Sagesse où la vie pouvait respirer à pleins poumons !

Je laisse la parole à Christine pour terminer. Voici ce qu’elle écrit à la fin d’une courte autobiographie déposée dans son dossier personnel :
«La Sagesse est mon amour. Marie, merveille de Dieu, mon refuge. À ma famille que j’aime tant, je veux dire : AIMER, C’EST LA PLUS BELLE CHOSE ! LE TEMPS PASSE SI VITE ET NOTRE VIE NE TIENT QU’À UN FIL ET SUR CE FIL, NOUS N’AVONS AUCUN CONTRÔLE.
Je partirai en paix quand le Seigneur voudra …
Pour le moment, je veux vivre. J’AIME LA VIE BEAUCOUP. Je compte sur vos prières quand je ne serai plus. Je serai heureuse pour l’Éternité. Je ne suis pas triste en pensant à cela. Au contraire je vis à plein. Je suis heureuse. Ce n’est pas un adieu, il me reste plusieurs années avant mes 100 ans, ajoute-t-elle, en riant …»
Christine avait 83 ans lorsqu’elle a écrit ce texte … Elle ignorait bien sûr la purification par laquelle elle passerait ses dernières années. Elle est entrée au Pavillon Notre Dame, Maison Accueil, le 5 mars 2007.

La densité et l’intensité d’une vie nous fait parfois oublier qu’il s’agit toujours d’une vie humaine, donc fragile … Christine a mystérieusement clôt une trajectoire qui nous a émerveillé-e-s mais qui n’a certainement pas été sans souffrance. Car elle portait facilement avec les gens qu’elle affectionnait, les aléas et les tragédies de la vie. ELLE ASSUMAIT SON POIDS D’AMOUR.

Chante ta joie, chante ton amour, chère Christine ! Il n’y a plus maintenant de limite à ta capacité merveilleuse d’aimer et de donner. Intercède pour que nous apprenions que la véritable liberté consiste à assumer notre poids d’amour. Merci pour ce que tu as été parmi nous. Sois bénie éternellement !

Sr Thérèse Deslauriers est décédée le 14 juillet 2013 à l’âge de 90 ans dont 59 de vie consacrée.

Texte écrit par Lucille Deschênes fdls, inspiré, entre autres, de notes laissées par Sr Thérèse Deslauriers, fdls (Christine de l’Immaculée)

 

à lire aussi : Adieu chère Soeur Christine

Autreas articles: EN SOUVENIR
HOMMAGE ET RECONNAISSANCE
Sr Suzanne Veilleux, fdls
HOMMAGE ET RECONNAISSANCE
Sr Françoise Pinard, fdls
HOMMAGE ET RECONNAISSANCE
Sr Gisèle Quesnel, fdls
HOMMAGE ET RECONNAISSANCE
Sr Rolande St-Jules, fdls
HOMMAGE ET RECONNAISSANCE
Sr Rita Lafrenière, fdls
HOMMAGE ET RECONNAISSANCE
Soeur Mathe Lamarche, fdls
HOMMAGE ET RECONNAISSANCE
Soeur Gisèle Lambert, fdls
HOMMAGE ET RECONNAISSANCE
Sr Reina Deschamps,fdls
HOMMAGE ET RECONNAISSANCE
Sr Bertha Tanguay,fdls
AUREVOIR SOEUR MARCELLE !
Navigateurs: Internet Explorer version 10 et +, Firefox et Chrome | Copyright: Filles de la Sagesse Canada 2005-2014
| BRÊVES ET ACTUALITÉS || A VOUS LA PAROLE || BABILLARD || MANIFESTE |
| LEADERSHIP PROVINCIAL || VIE CONSACRÉE || ANIMATION VOCATIONNELLE || NOS FONDATEURS || UN PEU D HISTOIRE |
| PRIER LA SAGESSE || TEXTES DE SAGESSE || FORMATION PERMANENTE || LA SAGESSE APPELLE |
| JPIC || SERVICE INTERNATIONAL || UNANIMA |
| DIAPORAMAS || BIBLIOGRAPHIE || LIENS |