Dans la section :BRÊVES ET ACTUALITÉS

L’arrivée des Fdls à Sainte-Justine - suite

Les Sœurs se mirent à l’œuvre dès le lendemain de leur arrivée.  Mlle Rose Brosseau resta un mois pour mettre la Supérieure au courant de la maison.  Elle rendit de grands services car les Sœurs se sentaient bien étrangères aux coutumes du pays.  Cette demoiselle s’occupait de la Régie interne de la maison et de l’inscription des malades pour les consultations externes.  Sœur Marie-Ambroise, avec son expérience en soins infirmiers, en pharmacie et en anesthésie, était toute désignée pour succéder à Mlle Brosseau dans les cliniques externes.  Elle faisait aussi de l’enseignement aux mères.  À ce moment, on soignait peu à l’aide de médicaments.  L’enseignement consistait à montrer aux mères à faire des enveloppements froids ou chauds, des sinapismes, à préparer des « boires » et à donner une saine alimentation aux enfants. 

 En 1929, Sœur Marie-Ambroise fut nommée supérieure de la communauté et, par le fait même, devenait Directrice de la Régie interne.  Elle conserva alors les fonctions qu’elle occupait auparavant.  Elle avait d’excellentes relations avec tous : elle avait beaucoup d’entregent, se montrait joviale et compatissante et manifestait beaucoup d’amour pour les enfants.  Pour Mme Beaubien, elle était une précieuse collaboratrice, une personne avec qui elle pouvait discuter.  Lorsque Mme Beaubien arrivait à l’étage des Religieuses et qu’elle disait : « Je veux voir Ma Mère », on la faisait entrer dans le petit parloir et les deux échangeaient sur le quotidien de l’hôpital Sainte-Justine.  Pour les médecins, Sœur Marie-Ambroise était la personne au jugement sûr et pondéré en qui ils avaient entièrement confiance.  Pour les Dames des différents comités, elle était la personne ouverte et compréhensive qui travaillait toujours pour le bien des malades ainsi que pour l’amélioration et le progrès de l’œuvre.  Pour les gardes-malades et les aides maternelles, elle était l’éducatrice et la personne qui les orientait vers leur profession future.  Quant à ses relations avec sa grande communauté, elle demeure, dans le cœur de chacune, un souvenir de ferme bonté, de largeur de vues et de multiples délicatesses répondant aux besoins de chacune indistinctement.

Tiré du Livre du Centenaire,  Chapitre :
La belle histoire des Filles de la Sagesse 

Jeannette Roy, fdls
 
(Elisabeth-Marie de la Sagesse)

Se souvenir  :  clic

vers un PDF :  clic


DOSSIER DE L'HÔPITAL SAINTE-JUSTINE - Cliquez ici pour la suite »

Laboratoire de nutrition
Autreas articles: BRÊVES ET ACTUALITÉS
AMI-E-S DE LA SAGESSE
Papua New Guinea
JOURNÉE DE RESSOURCEMENT
Ami(e)s de la Sagesse
«VELOMA», AUREVOIR !
RÉSEAU IFHIM-HAÏTI
PARTAGE MÉMORABLE ENTRE DEUX CONGRÉGATIONS
Maison Accueil Sagesse
Filles de la Sagesse, Ottawa
«Entre-deux-Fêtes» rue Lescarbot - Montréal - 2017
UNE PRÉSENCE DE 109 ANS
À QUATRE SAISONS...
TRICOTS « intergénérationnels »
Navigateurs: Internet Explorer version 10 et +, Firefox et Chrome | Copyright: Filles de la Sagesse Canada 2005-2014
| BRÊVES ET ACTUALITÉS || A VOUS LA PAROLE || BABILLARD || MANIFESTE |
| LEADERSHIP PROVINCIAL || VIE CONSACRÉE || ANIMATION VOCATIONNELLE || NOS FONDATEURS || UN PEU D HISTOIRE |
| PRIER LA SAGESSE || TEXTES DE SAGESSE || FORMATION PERMANENTE || LA SAGESSE APPELLE |
| JPIC || SERVICE INTERNATIONAL || UNANIMA |
| DIAPORAMAS || BIBLIOGRAPHIE || LIENS |