Dans la section :BRÊVES ET ACTUALITÉS

ENTRETIEN: Soeur Louise Madore ( sur La-CROIX.com )

03/02/2010 18:00

« L’Eglise doit réfléchir à la façon d’aider les Haïtiens à se prendre en mains »



La supérieure générale des Filles de la Sagesse lance un appel pour que les congrégations religieuses se concertent ensemble sur les priorités de la reconstruction

ENTRETIEN
Sœur Louise Madore
Supérieure générale des Filles de la Sagesse

La Croix : Comment l’Église va-t-elle reconstruire tout ce qui a été détruit ?

Sœur Louise Madore : Difficile de dire comment cela va se passer. Déjà, il faut savoir comment survivre… Les Filles de la Sagesse, là-bas, au nombre de 115, sont encore en train de chercher les corps ensevelis de nos sœurs. Ce qui est certain, c’est qu’il y aura besoin, dans les semaines qui viennent, d’une coordination au niveau des congrégations religieuses. Déjà, nous avons été heureusement surprises de voir que le nonce (représentant du pape) était très présent sur le terrain.

Comment doit s’organiser cette concertation ?

Il me semble que le nonce doit réunir autour de lui des représentants de la Conférence des supérieurs majeurs (responsables des congrégations masculines et féminines) pour réfléchir ensemble aux priorités à donner.

Faut-il reconstruire les hôpitaux, les écoles aux mêmes endroits? Cela nécessite une planification, et nous devons procéder par ordre. Le Saint-Siège, comme État, devrait d’ailleurs être mieux associé à la réflexion des pays sur le financement de la reconstruction, du fait de la présence importante des institutions catholiques dans l’île.

Comment réagissent aujourd’hui vos religieuses, sur place ?

Je crois que le peuple a été surpris de les voir aussi présentes, dès le lendemain du drame. Après un tel traumatisme, les Haïtiens avaient besoin d’aide, de réconfort. Il faut s’imaginer qu’aujourd’hui encore, tout le monde dort à l’extérieur, dans la terreur et la frayeur d’un nouveau tremblement de terre. Les religieux et religieuses se sont mobilisés, des sœurs ont donné des informations sur les dons d’organes, sur les premiers soins.

Il faut aussi empêcher que certains exploitent les vulnérabilités de ceux qui viennent de subir un tel traumatisme : on l’a bien vu avec les affaires de trafics d’orphelins. Tout comme les groupes religieux arrivés ces derniers jours des États-Unis et qui profitent de la souffrance des gens pour prospérer, tels certains mouvements évangéliques. L’aide matérielle est nécessaire, mais nous devons aussi aider les Haïtiens à se prendre en main!

Comment ?

Avant, les institutions politiques du pays étaient déjà très faibles. Aujourd’hui, il n’y a plus rien… L’Église peut-elle l’ignorer ? Certes, elle ne doit pas se mêler directement de politique, mais on ne peut s’engager pour la justice et la paix sans se préoccuper de cet aspect. On dit que 60 % de toute la classe universitaire est décimée.

Nous devons redoubler d’effort pour former de nouveaux responsables. Par exemple, grâce au gouvernement canadien, une jeune religieuse a obtenu une bourse pour aller à Toronto étudier l’agronomie, ce qui représente un formidable enjeu pour le développement des années à venir…

Les congrégations religieuses féminines ont toujours été traditionnellement proches du peuple. Mais un temps de réflexion sera nécessaire pour que l’Église voie comment elle peut aider Haïti à prendre son développement en main. Le peuple haïtien est profondément religieux.

Comment à travers cette croix que représente le tremblement de terre, dessiner de nouvelles voies ? Au Pérou, après le tremblement de terre de 1970, l’Église avait réfléchi à de nouvelles formes de présence à la société. Je crois qu’il faut faire la même chose en Haïti.

 

Recueilli par Isabelle de GAULMYN
Cliquer ici :       Voici le lien: L’Eglise doit réfléchir à la façon d’aider les Haïtiens à se prendre en mains
Autreas articles: BRÊVES ET ACTUALITÉS
AMI-E-S DE LA SAGESSE
Papua New Guinea
JOURNÉE DE RESSOURCEMENT
Ami(e)s de la Sagesse
«VELOMA», AUREVOIR !
RÉSEAU IFHIM-HAÏTI
PARTAGE MÉMORABLE ENTRE DEUX CONGRÉGATIONS
Maison Accueil Sagesse
Filles de la Sagesse, Ottawa
«Entre-deux-Fêtes» rue Lescarbot - Montréal - 2017
UNE PRÉSENCE DE 109 ANS
À QUATRE SAISONS...
TRICOTS « intergénérationnels »
Navigateurs: Internet Explorer version 10 et +, Firefox et Chrome | Copyright: Filles de la Sagesse Canada 2005-2014
| BRÊVES ET ACTUALITÉS || A VOUS LA PAROLE || BABILLARD || MANIFESTE |
| LEADERSHIP PROVINCIAL || VIE CONSACRÉE || ANIMATION VOCATIONNELLE || NOS FONDATEURS || UN PEU D HISTOIRE |
| PRIER LA SAGESSE || TEXTES DE SAGESSE || FORMATION PERMANENTE || LA SAGESSE APPELLE |
| JPIC || SERVICE INTERNATIONAL || UNANIMA |
| DIAPORAMAS || BIBLIOGRAPHIE || LIENS |